Instinct de survie et modernité

L’homme moderne est-il dénué de son instinct de survie ?

Dans un monde où l’homme devient sédentaire, le développement ou simplement l’entretien des sens, des capacités physiques et intellectuelles sont diminués voire inexistants.

Notre système nerveux est équipé de capteurs sensoriels (5 sens) qui transmettent des informations au cerveau. Cependant, un manque de sollicitation et/ou d’entrainement de ces capteurs amène un réflexe inconscient face à une situation délicate. Dans la société moderne, l’homme est peu à l’écoute de son corps, il est assisté dans son quotidien. Le réflexe est alors inconscient et des parties du corps (muscles, squelette) sont soumis à de fortes tensions. Nos réactions sont inadaptées et ne nous permettent pas de nous sauver.  L’être humain, dans un environnement confortable, rencontre des difficultés pour développer  le « réflexe conscient de survivre », l’instinct.

L’instinct est un processus qui a lieu dans un environnement sans lois ni règles. Le sens aigu de la perception du danger, de la chasse, de ce qui nous entoure est alors augmenté. L’homme se laisse guider pour survivre, il sent, il ressent les choses pour aller vers ce qui est bon pour lui.

Un homme moderne peut-il retrouver son instinct ? Certaines situations, certains évènements nous prouvent que oui. En atteste l’histoire incroyable de Aron RARLSON racontée dans le film « 127 heures » qui a dû trouver des ressources insoupçonnées pour sauver sa vie.

Face à une agression, un accident, l’instinct peut accroître des capacités physiques et/ou intellectuelles pour se sortir d’un danger.

Les réactions de l’homme sont-elles provoquées par un instinct propre à son espèce ? Peut-on parler de savoirs innés issus de liens familiaux, tels que la calligraphie, l’instinct maternel, les arts martiaux,… Ces apprentissages seront-ils les nouveaux visages de l’instinct de l’homme moderne ou devrons-nous nous confronter face à nous même en pleine nature sans aucun matériel…

Tant de questions qui révèlent ce que nous sommes et chaque femme, chaque homme peut trouver SES réponses. Plus haut, il est évoqué « l’écoute du corps ». Etre attentif à soi mais aussi aux autres est un premier pas pour découvrir ce qui est bon pour soi. Prendre le temps de regarder, de sentir, de voir, d’entendre, de gouter ce qui s’offre à nous est une autre possibilité.

Une tête remplie de projets cumulés, de buts à atteindre, de défis à relever, nous empêche de voir l’essentiel : se donner tous les jours les moyens de trouver le bonheur. Votre instinct sera un allié efficace.

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *