La médecine du travail en perdition

La médecine du travail disparaît petit à petit et cela n’inquiète personne.

Je ne vais pas vous faire l’article sur l’augmentation des problématiques physiques en entreprise ni même sur l’augmentation des difficultés relationnelles entre collaborateurs.

Ce que je trouve inquiétant c’est que les services de « santé au travail » sont de moins en moins pourvu en médecins et que la relève n’est pas assurée.

En effet, nous constatons depuis quelques années une diminution de la présence des médecins dans les entreprises sur une autre action que celle des visites périodiques (quand elles sont à jour…).

N’est-il pas nécessaire de bien connaitre le fonctionnement d’une entreprise pour bien accompagner les collaborateurs ?

N’est-il pas important de connaître la politique de l’entreprise en matière de prévention santé ?

Ne plus aller sur le « terrain » entraîne une distance entre le service de médecine au travail et l’encadrement de l’entreprise. Nous le constatons tous les jours avec des retours de dirigeants qui ne savent pas comment interpréter ni comment faire avec les « restrictions » médicales de certains collaborateurs.

Il est également inquiétant de rencontrer de plus en plus de médecin du travail en situation de Burn out.

Les conséquences sont très graves, car l’entreprise fait avec ce qu’elle connaît du fonctionnement du corps humain pour mettre en place un poste adapté aux collaborateurs en question. Il ne viendrait à l’idée de personne de faire un travail ayant des conséquences Humaines s’il ne connaît pas parfaitement l’anatomie ainsi que les grands principes d’ergonomie.

La médecine du travail disparaît et cela ne gêne personne.

Il va être d’une importance capitale que les entreprises mettent en place des partenariats avec des entreprises spécialisées capables de mettre en place des actions de prévention efficaces. Il en va de la santé des collaborateurs à court, moyen et long terme ainsi que de la pérennité des entreprises.

Nombreuses sont les entreprises aujourd’hui qui réfléchissent à l’automatisation quasi-totale. Cette réflexion est intéressante mais court-termiste.

En effet, la charge de travail reposera alors sur les techniciens de maintenance qui sont eux-mêmes soumis aux accidents de travail et aux T.M.S. dû à leurs postures mais également au fait de travailler dans l’urgence.

De plus, le bassin d’emploi en ce qui concerne les techniciens de maintenance est très faible. Comment fera-t-on pour entretenir et réparer les machines s’il n’y a pas de techniciens pour cela ?

Il est donc aisé de comprendre que cette situation est devenue urgente et que la disparition des médecins du travail n’arrangera rien, bien au contraire. Même remplacé par des infirmier(e)s du travail, qui font un travail plus que remarquable au demeurant, cela ne suffira pas à récupérer l’immense retard que nous avons pris en matière de Santé au travail.

La prévention santé est un travail de tous les jours qui ne donne pas ses fruits du jour au lendemain, mais qui bien menée, permettra aux entreprises de garder des Hommes en bonne santé physique et mentale.

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *