Le blog de Néholys

Les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques) sont la première cause de maladie professionnelle reconnue et leur nombre ne cesse de s’ accroître. Quels sont les coûts pour l’entreprise? 

Les coûts directs des TMS

Ils leur sont directement imputables et à leur gestion. Il y a :

  • les cotisations accident de travail (AT) et maladie professionnelle (MP) à l’assurance maladie (compte employeur).
  • les indemnisations des absences à la charge de l’employeur versées pour les salariés malades.
  • les frais liés à la recherche et l’aménagement des postes de travail pour les personnes victimes
  • Le temps passé pour gérer les dossiers des salariés victime de TMS

Selon l’ANACT, ces coûts directs sont estimés de 100 euros à 500 euros par an et par salarié ( victime ou non de TMS)

 

Les coûts de régulation ou les coûts indirects

Ils sont liés aux dysfonctionnements induits par les TMS. Leur évaluation se fait avec prudence car ces coûts peuvent être mêlés à d’autres origines que les pathologies (par exemple l’absentéisme a des causes multiples). La part des TMS peut être appréciée sans pouvoir être strictement mesurée.On distingue 3 catégories de dysfonctionnements :

  • l’absentéisme et les départs
  • la perte de productivité (allure dans les gestuelles et remplacements des personnes compétentes devenues inaptes)
  • la perte de capacité de production (délais, capacité et qualité).

Selon l’ANACT, ces coûts indirects sont 2 à 7 fois plus importants que les coûts directs.

 

Les coûts stratégiques

Les TMS ont un impact sur la capacité de l’entreprise à mobiliser ses ressources pour gagner ou maintenir une position concurrentielle. Les coûts stratégiques ne sont pas une évaluation comptable par poste, mais ils renseignent sur les principales limites que posent les TMS aux capacités de l’entreprise.

Par exemple, la forte présence d’intérimaires en remplacement de titulaires absents pour cause en partie de TMS, a pour conséquence d’augmenter le risque sur la qualité. Les limites de capacité peuvent être sociales (risque de conflit ou d’épuisement), productives (augmentation des temps gammes liés aux restrictions), économiques (impact du sureffectif induit par les TMS sur les prix et la compétitivité), ou éthique (dégradation de l’image de l’entreprise pour ses clients ou pour son attractivité).

Pour chaque entreprise, c’est la direction, le management et les représentants du personnel qui peuvent qualifier les coûts stratégiques.

Selon l’ISEOR, les coûts cachés ( stratégiques et indirects) sont 10 à 30 fois les coûts direct soit entre 6800 euros et 11 200 euros.

 

Selon la CPAM des Pays de la Loire, le coût moyen d’un TMS à l’épaule pour l’entreprise est de 17 000 euros, sans compter l’arrêt de 220 jours.

Le coût moyen d’un TMS pour le canal carpien pour l’entreprise est de 12 780 euros, sans compter l’arrêt de 151 jours.

Le coût moyen d’un TMS pour la tendinite de la coiffe des rotateurs pour l’entreprise est de 52 759 euros, sans compter l’arrêt de 298 jours.

Le coût moyen d’un TMS pour une épicondylite pour l’entreprise à 18 220 euros, sans compter l’arrêt de 195 jours.

 

TMS, coûts, entreprise, chiffres, 2014, actualité, épicondylite, tendinite, canal carpien, AT, MP, maladie professionnelle, absentéisme

 

Source : ANACT

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*