Partage et solidarité en entreprise

Hands of young people joined in circle

L’entreprise bâtisseuse de ponts

« Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts » affirmait Isaac Newton. Je ne vous parlerai pas d’architecture ou d’entreprise du bâtiment, mais bien de la QVT (Qualité de Vie au Travail) et des notions de solidarité et de partage.

Il y a peu de débat sur le fait que la solidarité et le partage sont des valeurs à promouvoir.  Mais qu’en est-il dans les faits ?

Dans la sphère privée, les initiatives se multiplient. Des bonnes résolutions (Holi Me met sur sa liste « je m’investis dans une cause »), aux plateformes web dédiées (monptivoisinage.com…), en passant par les lieux publics où chacun peut déposer des livres ou jeux, ou encore les collectes ou offres de services en soutien à des victimes de catastrophes naturelles ou d’attentats, et j’en passe …

Dans l’entreprise, si les actions sont encore à ce jour timorées, la solidarité et le partage s’invitent toutefois à la table des discussions sur les axes stratégiques de développement.

Les raisons en sont assez simples :

  • l’intelligence collective fait ses preuves. Personne n’oserait contredire le fait que les échanges de connaissance sont à somme positive : quand on la partage, elle se multiplie. Les réponses (peut-être les meilleures) viennent de la confrontation des points de vue et d’idées individuelles. Et pourtant, il n’est pas si aisé d’échanger et de transmettre des informations ou idées, parfois issues de longues heures de recherches et d’expérimentation personnelles, avec la peur d’être jugé ou parfois de se voir déposséder du fruit de son travail et donc de la reconnaissance qui y serait directement liée.
  • le sens, le sentiment d’être utile et la relation avec autrui font aujourd’hui partie du Top 5 des leviers de motivation (ou facteurs de démotivation) des salariés, quelles que soient les catégories socio-professionnelles et les secteurs d’activité.
  • le jeu et le plaisir sont aussi recherchés dans le milieu professionnel notamment par les générations les plus jeunes. On veut s’amuser au travail.
  • l’innovation et le changement sont des incontournables dans le développement, parfois la survie, de plus en plus de structures. La découverte d’autres horizons est un atout majeur pour rester compétitif et à fortiori précurseur. Elle l’est aussi pour fidéliser au sein des structures les forces vives, avides de nouveauté : intégrer la découverte dans l’entreprise limite les risques de voir partir des compétences clés.

Sur les actions à entreprendre, les entreprises n’ont que l’embarras du choix.

Il y a celles qui s’impliquent dans des évènements sportifs servant des causes « sociales » comme par exemple :

  • le Vendée Globe avec Tanguy De Lamotte, l’un des skippers les plus populaires, soutenu par le groupe KLINE et finançant des opérations d’enfants souffrant de malformations cardiaques, Eric Bellion soutenu par 14 mécènes et 80.000 collaborateurs pour porter les principes d’actions de COMMEUNSEULHOMME, Yann Elies soutenu par le Groupe Quéguiner pour la Fédération Leucémie Espoir…
  • des courses auxquelles les collaborateurs participent par équipe à l’effigie des entreprises en soutien de la lutte contre le cancer du sein, de la défense d’environnements naturels, …
  • des actions ponctuelles de sensibilisation ou de contribution (journées de collectes, travaux, …) au profit d’associations.

Des entreprises partagent des locaux avec d’autres structures, créent des challenges inter-entreprises, participent à des clubs d’entreprises …

Dans le champ des possibles, il y a aussi le mécénat de compétences (comment lier entreprise et actions d’intérêt général avec ses salariés), les découvertes internes sous format « vis ma vie », les team building intra ou inter-services voire inter-entreprises, et bien d’autres formats selon les objectifs et spécificités de chacun.

Il est difficile seul de construire un pont, mais beaucoup plus simple à plusieurs…

A chacun de choisir la destination de son pont, en gardant à l’esprit que toute innovation, tout changement, entraîne 3 réactions : d’abord « c’est ridicule », puis « c’est dangereux » et enfin  » c’est évident » (Idriss Aberkane).

Et puisque nous parlons de partage, voici quelques idées de lectures à lire seul ou à partager, et pourquoi pas dans votre structure :

Laurent Gounelle (Les Dieux voyagent toujours incognito ; le jour où j’ai appris à vivre ; l’homme qui voulait être heureux) ;

Paulo Coelho (L’alchimiste…) ;

Jim : Un petit livre oublié sur un banc (BD)

BeKa, Marko, Cosson : Le jour où le bus est reparti sans elle (BD)

Guillaume de Bats : Marins d’audace  (roman graphique)

Lupano et Moreau : Le singe de Hartlepool (BD)

Quinn et Tayal : Steve jobs (en BD)

Idriss Aberkane (vidéo sur l’économie de la connaissance)

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *