Le blog de Néholys

travail

Les mois de juin voire juillet sont souvent, d’expériences, des mois intenses en entreprise. Bien souvent, les ponts du mois de mai ont laissé une charge de travail qui reste à rattraper. D’autre part, de nombreuses entreprises souhaitent réaliser les délais avant les congés d’été sans compter sur les demandes de dernières minutes. Enfin, il y a notre rythme de vie personnelle qui peut aussi s’activer à la même période pour profiter du beau temps…. En bref, nous essayons de nager à contre-courant mais généralement au détriment de notre santé. Nous nous laissons prendre dans cette accélération générale à nous épuiser ! De nombreuses personnes décompensent pendant cette période qui précède les congés.

Comment peut on prévenir ce phénomène?

Le premier pas positif  se fait lorsque nous nous posons face à cette tumulte en nous demandant si, oui ou non, nous subissons ce rythme. Cette prise de conscience permet d’observer chez soi quelles en sont les conséquences :

– Mon sommeil est il agité, perturbé ?

– Est-ce que j’éprouve du plaisir dans mes activités, dans mon travail ?

– Suis-je épuisé le soir systématiquement ?

– Est-ce que je me sens reposé au réveil ?

Nos proches eux aussi sont un bon retour pour nous aider parfois à objectiver notre état de santé. Alors n’hésitez pas à le leur demander. 

Voici quelques astuces aussi vrai en professionnel qu’en personnel :

– Ralentissez entre midi et deux prenez vraiment votre pause ( sans caler d’autres rdv ou contraintes perso) en dehors du travail et aller faire une balade au calme ou faire des mouvements de respiration dans un endroit calme.

– Concentrez vous sur une tâche à la fois en évitant de vous éparpiller.

– Utiliser le système d’entonnoir : c’est un fait, vous ne pouvez pas réaliser le même nombre de tâches dans le même temps donc priorisez et acceptez de renoncer à certaines tâches ou rdv.

– Profitez du silence. Par exemple, en voiture, faites l’expérience d’éteindre la radio/musique pour ralentir le rythme.

– Faites quelques mouvements de respiration en voiture, en bus, en train, en avion pour ralentir votre mental.

– Faites de la sieste votre compagnon de récupération. Différentes siestes existent de la micro sieste à la sieste de 20 min voire plus si vous êtes en horaires postés. Dormir avant 15h permet de ne pas empiéter sur le sommeil de nuit.

– N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*