La qualité de vie au travail des soignants

Young nurse working at the hospital

La qualité de vie au travail est un sujet qui touche toutes les professions. Du 15 au 19 juin 2015 se tiendra d’ailleurs la 12ème édition de la Semaine pour la qualité de vie au travail et aura pour thème “Rendons le travail parlant !”. Un sujet qui touche particulièrement le milieu médical comme en témoigne le travail de la Haute Autorité de Santé (HAS) qui s’est penché sur le sujet de la qualité de vie au travail des soignants entre 2010 et 2013.

Comment se définit la qualité de vie au travail ?

La Haute Autorité de Santé a été chargée en 2010 de se pencher sur la qualité de vie au travail des soignants. Vaste sujet qui nécessite d’abord de fixer une définition au concept qui veut qu’un équilibre soit trouvé entre l’accueil des usagers, la qualité des soins effectué et le bon usage des ressources disponibles pour une qualité de vie au travail bénéfique pour les soignants et les soignés.

Pour calculer quantitativement cette qualité de vie au travail, la HAS se base sur quatre critères : la satisfaction au travail des soignants, l’importance du turn-over au sein des équipes tout comme la rotation du personnel et enfin la prise en compte du taux d’absentéisme. Ces éléments permettent de déterminer si le cadre de travail est agréable aux professionnels soignants et favorable à un travail de qualité.

Être bien dans son travail pour produire des soins de qualité

Interruptions de tâches, confrontation à la fin de vie, violences verbales et/ou physiques… les professionnels du corps médical sont confrontés quotidiennement à de nombreuses situations de stress. Une observation qui a alerté la Haute Autorité de Santé (HAS). En travaillant sur ce sujet, le souhait de la HAS n’était pas de sanctionner les établissements privés ou publics du médical mais plutôt de les accompagner dans leurs réflexions d’amélioration du quotidien du personnel soignant.

Porter une attention particulière à la qualité de vie au travail des soignants est indispensable pour assurer aux patients des soins qualifiés et sécurisés. Un professionnel de santé bien dans son travail d’un point de vue psychologique et physique donnera des soins de meilleure qualité à ses patients.

L’exemple de l’hôpital de Fourvière

L’hôpital de Fourvière n’a pas attendu les résultats du rapport de l’HAS pour s’intéresser au bien-être de son personnel. Depuis 2006 il a mis en place des actions pour améliorer les conditions de travail des salariés. Groupes de paroles, formations de gestion du stress ou de l’agressivité, consultations d’oshtéopathie, médiateur externe… En 2008 une commission à même été créée et tous les ans ½, deux enquêtes permettent de mesurer les retours des actions mises en places pour les ajuster à la demande du personnel soignant.

La Fédération des Associations “Risques et Qualité en Santé” est née en octobre 2014 de cette envie de promouvoir la qualité et la sécurité dans les établissements privés et publics de santé. Les trois associations qui l’a composent déjà souhaitent développer ces aspects de qualité de vie au travail dans la gestion des hôpitaux.

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *